FCF-Rétrovision 3

FCF-Rétrovision 3 est la suite de mes délires en images de la vie d'un canton imaginaire au fil des sorties de voitures miniatures dans les collections presse ou autres.

28 mai 2012

Et deux Sioux ?

 Après avoir visité Fort Lamarie (1), Alex Santric et son copain Edouard Neney décidèrent d’abandonner leur projet de se rendre directement sur la côte Ouest. Ils préféraient s’attarder un peu plus dans le coin pour découvrir les richesses du folklore de la ruée vers l’or. Ils mirent donc le cap sur l’une des villes qui deviendrait célèbre bien des années plus tard, grâce à une série télévisée diffusée seulement que deux saisons en France (2). Je veux parler de la ville de Deadwood, dans les Black Hills (Sud Dakota).

  Pour cela ils revinrent sur leurs pas jusqu’à Lingle puis mirent le cap plein Nord sur l’US 85 jusqu’à Lusk où ils firent étape. Le lendemain, poursuivant leur remontée vers le nord, toujours sur l’US 85 ils atteignirent en fin de journée  Newcastel. Ce n’est que le troisième jour, après avoir dépassé Four Corners qu’ils obliquèrent au nord-est, toujours sur l’US 85 pour atteindre enfin Deadwood et sa sulfureuse légende. Pourtant il y a moins de 200 miles depuis Fort Lamarie. Ils avaient pris leur temps.

 Qui a dit que les promesses n’engageaient que ceux à qui elles étaient faites ? Toujours est-il que la naissance de Deadwood vers 1875 résulte bel et bien du reniement de l’une d’elles puisque ne respectant pas le contenu du traité de paix signé à Fort Laramie en 1868 entre les États-Unis et le peuple indien Lakota. Ce traité garantissait la possession par les indiens de la région des Black Hills dans le Dakota du Sud, le Wyoming et le Montana. Pourtant l’appât de l’or fut le plus fort…

 Leur première visite fut pour le cimetière où ils découvrirent les tombes de Wild Bill Hickok (James Butler Hickok de son vrai nom) et de Calamity Jane, deux des figures de ce temps là.

 W.B.Hickok fut tué par derrière d’une balle dans la tête par  Jack Mc Call le 2 août 1876 alors qu’il jouait au poker au « n° 10 ». Il n’était arrivé à Deadwood que quelques jours plus tôt en compagnie de Calamity Jane (de son vrai nom Martha Jane Canary) et Colorado Charlie Utter.

 Ils ne prêtèrent pas attention à celle de Seth Bullock, qui fut pourtant le premier sheriff de la ville.

 Et puisque je vous parle de ces personnages je me dois d’y ajouter aussi, l’associé de Seth Bullock, dans sa boutique d’outillages et matériels pour les pionniers, Solomon « Sol » Star.

 Ainsi que l’incontournable Elis Albert « Al » Swearengen qui était l’un des plus brutaux et peu scrupuleux  personnages de l’époque. Il ouvrit le « Gem Theater » dès 1876 qui fut détruit par le feu à trois reprises : en 1879, 1894 et 1899…

 Mais aussi, celui par qui tout semble être arrivé. Je veux parler de Charles Utter, appelé Colorado Charlie Utter, trappeur et chercheur d’or dans le Colorado avant d’organiser et acheminer un convoi de chariots vers Deadwood. C’est lui qui y conduisit notamment W.B. Hickock, Calamity Jane, Madam Mustache, Dirty Em et leurs « working girls » ;

 Ajoutons-y Madame « Poker » Alice Tubbs qui passa sa vie à jouer au poker malgré un mariage et sept enfants et qui aurait déclaré avoir fait vivre sa famille de ses gains qui, cumulés, se seraient élevés à plus de 250.000 $.

 Pour faire bonne mesure, n’oublions pas non plus le premier maire de Deadwood, Ethan Bennett Farnum et celui qui fit la trouvaille de la plus grosse pépite d’or à Deadwood, John Perrett, surnommé depuis « Potato Creek Johnny » en raison du lieu où il fit sa découverte.

 Voila, le décor est planté et vous avez devant vous quelques uns des personnages principaux de la saga télévisée diffusée par Canal + il y a trois ou quatre ans (3).

 Sous le charme de leur découverte, nos deux compères décidèrent de reprendre la route, cap au nord, pour rejoindre les vastes étendues canadiennes.

 Il ne leur faudrait qu’un peu plus de sept heures et demie de route pour rejoindre la frontière canadienne à Portal, terme de l’US 52, à 421 miles de Deadwood.

 Arrivés à la frontière, ils n’y découvrirent qu’un poste entouré de quelques maisons et une ligne de chemin de fer. Tout au long du chemin ils n’avaient traversé que de « mornes plaines » parsemées de rares hautes constructions, les silos à grains, et de quelques villages ou hameaux.

 Ils s’étonnèrent auprès du pompiste de la petitesse de la bourgade où ils étaient arrivés.

 _ Z’avez rien vu les mômes. (4)

_ ???

_ Il y a plus petit encore.

_ Plus à l’ouest, sur la ligne…

_ La ligne ?

_ Ben, la frontière si vous voulez.

_ D’ac…

_ Z’avez qu’à aller vers le Montana et remonter vers le Canada par les petites routes.

_ Et ?

_ Vous trouverez des postes de passage isolés, avec rien autour.

_ Ah bon ?

_ Ça te dit d’aller voir ? Demanda Alex à son copain ?

_ Faut voir.

 Et ils ont vu…

 Les voici, à un poste frontière, au milieu de nulle part, et au moment de la relève. Si le bâtiment est sur le sol américain, la cabine téléphonique est au Canada. Mais chut, faut pas le dire, elle est reliée au réseau US.

 Et ce qui aurait pu et du être qu’une simple formalité, vu qu’ils n’avaient rien à déclarer et qu’ils quittaient le territoire américain, fut pour eux une longue série de questions : et pourquoi ils avaient décidé de passer par ici ? Et pourquoi cela ? Et pourquoi ceci ? Etc.

 Toujours est-il qu’ils durent subir un interrogatoire en forme, certes courtois, mais fort détaillé, avant de pouvoir entrer au Canada. Faut dire à la décharge des représentants de la Loi, c’est qu’ils n’avaient rien d’autre à faire, vu qu’il ne passe quelqu’un que très rarement. Mais qu’il faut qu’ils soient présents à ce moment là !

 Après quelques kilomètres, ils s’arrêtèrent pour souffler un peu.

 

_ Put..n, t’as vu un peu ! Z’avaient rien à foutre les quatre !

_ Et t’as pas vu les deux autres, dans leur bagnole ?

_ ???

_ Ben, ouais, sur le côté quand on est arrivé.

_ Non.

 _ Ouais ! Fait pas bon être du pays.

_ Tu crois ça ?

_ Ben.

_ Moi, j’ crois le contraire… T’es du bled, tu dois pouvoir faire c’ que tu veux.

_ Pas certain… Sinon, pourquoi qu’ils sont là ? A ton avis ?

_ Sais pas.

  

_ Ah ! … Tu vois ?

_ Quoi ?

_ Tu vois pas le zinc qui arrive ?

_ Et alors ?

_ Y en avait deux ou trois le long de la route, tout à l’heure.

_ Et alors ?

_ Et alors ? Zorro est arrivé… Sans s’ presser… (Vous connaissez la suite) Non, j’ veux t’ faire comprendre qu’ici les gens doivent se déplacer en avion, vu l’isolement et les distances.

_ Ce qui veut dire ?

_ Que si tu vis ici et tu peux trafiquer tout c’ que tu veux par le ciel.

_ Pas con ton idée.

_ Ouais, faut pas prendre la route, même s’y a dégun dessus.

 * * * * *

_(1), cf. Un Sioux est un Sioux

_ (2), Il existe pourtant une 3ème saison qui fut diffusée notamment en Belgique et qui existe aussi en DVD, mais où les auteurs ont trop tiré à la ligne. C’est certainement la raison pour laquelle Canal+ ne l’a pas diffusée en son temps.

_ (3) La description de ces personnages est extraite d’un site dédié à Deadwood très bien fait et documenté.

_ (4) traduction approximative de l’américain

 

NB – Les quatre figurines présentes proviennent des USA. J’en ai fait venir cinq boîtes. Quatre sont disponibles à la vente au prix de 20 euros la boîte, port compris.

3-133_GR01_Deux_Sioux

3-133_GR02_Deux_Sioux

3-133_GR03_Deux_Sioux

3-133_GR04_Deux_Sioux

3-133_GR05_Deux_Sioux

 


 

Posté par Trebor Yles à 15:21 - C'était hier - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire